Bienvenue aux aidants sur le blog d'Aidant Attitude
! Partageons, échangeons entre aidants familiaux et professionnels. L'actualité des aidants rediscutée.

mercredi 10 février 2010

Les assureurs n'auraient-ils pas oublié le coeur de cible du marché de la dépendance : les aidants ?

Les discutions, conférences et colloques entre assureurs vont bon train en ce début d'année.


Tant mieux, c'est la preuve que le secteur de l'assurance prend peu à peu conscience de son rôle primordial dans les réflexions sur le cinquième risque. Pas plus tard qu'hier Henri de Castries, président du directoire d'Axa a lancé un petit pavé dans la marre des professionnels de l'assurance : "la société et les pouvoirs publics se doivent de réagir, car ce qui existe est incomplet et insoutenable" en faisant références aux quelques produits d'assurance dépendance pauvres en couvertures, et  destinés à des clients aisés. Il propose un système "plus moderne" composé d'un socle public défini par l'Etat et d'une assurance privée obligatoire permettant ainsi des cotisations d'assurance très faibles accessibles au plus grand nombre et offrant une couverture décente. Même si sa proposition n'a pas fait l'unanimité parmi les assureurs, Henri de castries n'a que trop raison de lancer un débat indispensable face à la pression sociale qui commence à se faire sentir de plus en plus pressante.


Nous parlons bien d'un enjeu majeur pour nos sociétés modernes : donner accès pour chaque français, quels que soient ses revenus, à une aide financière suffisante pour couvrir le risque de dépendance.


Il est certain que seuls les assureurs ont une légitimité pour s'assoir aux côtés de l'Etat et des associations travaillant dans le domaine des services à la personne, afin de définir un nouveau système de couverture qui sera gagnant pour tout le monde. De toute façon, l'Etat ne pourra rien, seul face au cinquième risque: les assureurs devraient avec un peu de créativité et moins de frilosité, proposer de vraies solutions pérennes.
L'année 2010, c'est une certitude, sera une année de changement : ils n'ont plus le choix !


Merci Monsieur de Castries de provoquer les débuts d'un grand débat qui doit vite aboutir, pour parer à la détresse de beaucoup de familles. La couverture du cinquième risque c'est donner la possibilité d'une fin de vie décente pour tous ! Ne serait-ce pas un progrès immense ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire